Articles

Affichage des articles du juin, 2017

Parlons sexe.

Image
Aujourd'hui j'ai envie d'évoquer un sujet important. Non pas que le sujet de mon dernier article ne l'était pas (la bouffe, c'est la vie), mais celui-ci l'est tout autant.


En fait, je me suis rendue-compte il n'y a pas longtemps que ce n'est pas un sujet dont on m'a parlé en grandissant. Et je trouve ça grave. Alors oui, c'est un peu tabou, mais c'est pas une excuse. Et puis en fait non, ce n'est absolument pas tabou dans cette société. Et surtout, je ne peux pas m'empêcher de me dire que si on m'avait parlé ne serait-ce que de consentement, il me serait sans doute arrivé moins de choses, j'aurais sans doute subi moins d'abus. Alors, je comprends que ça soit un sujet compliqué à aborder avec les enfants, que c'est loin d'être simple d'avoir les mots juste, mais c'est pas une raison pour laisser les jeunes dans l'ignorance. C'est dangereux même. Alors c'est facile me direz-vous, pour moi de dire …

Le premier brunch du reste de notre vie

Image
Une fois n'est pas coutume, j'ai envie de vous faire découvrir un endroit qui m'a beaucoup plu. Je vous en ai parlé il y a quelques temps : j'ai déménagé, et donc changé de région. Je passe sur la difficulté de rencontrer du monde et de la solitude qui règne, ce n'est pas le sujet. 
L'avantage d'avoir changé de région, c'est qu'on a plein de trucs à découvrir. Donc quand mon Barbu à trouvé un dépliant à propos d'une ferme cidricole (qui fait du cidre donc) et des brunch le week-end, on a eu envie de tester. On a mis un peu de temps à réserver, on a eu peur de ne pas avoir de place, parce que l'endroit attire énormément de monde (et on comprends aisément pourquoi) mais on a fini par y aller dimanche dernier. Cette ferme réponds au doux nom de La ferme de Billy, et se trouve à Rots, petite commune normande située à une dizaine de kilomètres à l'ouest de Caen. Comme nous sommes allés voter avant et que mon Barbu avait peur qu'il y ait …

J'ai une relation malsaine avec mon corps.

Je regardais mon corps hier, chose qui m'arrive rarement. J'ai tendance à l'oublier, ne pas le considérer, ne pas m'en occuper. Il n'est qu'une enveloppe qui ne me représente pas, un vêtement qui m'encombre. Enfin, la plupart du temps, je n'y pense pas, je fais tout pour ne pas le ressentir non plus. Je ne supporte pas d'avoir faim, je ne supporte pas d'avoir mal. J'ai horreur quand il se rappelle à moi. Je me suis désolidarisé de ce corps. Donc je le regarde peu.
Et hier je me disais que plus ça allait, plus je cicatrisais mal. Je garde des marques des bleus que je me fais, des boutons que j'ai, des griffures. Et puis en ce moment, je ne sais pas ce qu'il y a mais ma peau ne supporte plus du tout le frottement. Si j'ai les bretelles de soutif trop serrées, j'ai des boutons. Mes grosses cuisses qui frottent et me font des boutons, c'est souvent. J'en ai sous les bras aussi. Au delà du fait que ça ne fait que me dégoutt…